img-book
Catégorie :

La malédiction de Bileam

par: Rav Gerard Zyzek

Revenir au début
Print Friendly, PDF & Email

Balak, Roi de Moav [[Royaume limitrophe d’Eretz Israël]], paie le prophète Biléam pour qu’il maudisse le peuple d’Israël. Balak, Roi de Moav [[Royaume limitrophe d’Eretz Israël]], paie le prophète Biléam pour qu’il maudisse le peuple d’Israël. Finalement, au lieu de proférer des malédictions, seules des bénédictions sortirent de sa bouche. Ces bénédictions constituèrent, en fait, les plus belles louanges jamais proférées à l’égard du peuple juif.

Biléam est l’illustration même de celui qui voue une haine intrinsèque au peuple juif et qui déploie à cette fin toute son énergie si bien que nos Maîtres disent que, ne pouvant parvenir à bénir le peuple juif, Biléam donna à Balak l’idée d’envoyer les filles de Moav débaucher les fils d’Israël.

Plusieurs questions se posent sur le sujet dont l’une a retenu plus particulièrement notre attention :

Après avoir béni le peuple juif de manière tellement élogieuse et juste, comment Biléam est-il resté si viscéralement ennemi d’Israël ? Nous pouvons répondre ainsi :

le verset dit (Bamidbar 24, verset 25) après que Biléam ait béni le peuple juif par 3 fois : « Biléam se leva, alla et retourna à son endroit ». Ainsi, après avoir vu tout ce qu’il a vu et exprimé toute la grandeur d’Israël, il est retourné d’où il était parti, il n’a rien bougé de lui-même, il ne s’est pas remis en question. C’est cela même la source de sa haine : refuser d’intégrer dans sa vie, dans son vécu ce qu’il comprend. Pour nous, c’est un enseignement car dans la communauté on recherche toujours à ce que des gens, des philosophes, des intellectuels voire des personnalités politiques reconnaissent la place d’Israël, la grandeur du peuple juif et la place de la pensée juive dans le patrimoine de l’humanité. Mais une fascination qui ne touche pas l’intériorité du vécu peut être pire qu’un antisémitisme violent et déclaré. Ce dernier est sans doute préférable car au moins il est vécu, vivant dans sa morbidité. C’est ce que disent nos Maîtres : « Des descendants de Aman se sont convertis et ont enseigné la Torah à Bné Brak [[Ville proche de Tel Aviv]] » (traité Guittin 57b). Mais dans la communauté on aime qu’on nous aime, c’est plus narcissique… Cependant, nos Maîtres ne voient pas les choses ainsi : ce dont ils parlent, c’est de l’aventure humaine.

Voir l'auteur
avatar-author
Directeur de la Yéchiva des Etudiants

“La malédiction de Bileam”

Il n'y a pas encore de commentaire.