F
5 Tishri 5778
25 septembre 2017

Retour sommaire Pensée juive / Talmud

Projet d'une Grande Journée d'Etude sur le Transhumanisme, par Rav Eliezer hanokh Darmon

Projet d'une Grande Journée dEtude à la Yéchiva des Etudiants: Synthèse embryonnaire sur le transhumanisme, par Rav Eliezer Hanokh Darmon

 

 

Quatre problématiques :

  1. Vaincre la mort
  2. Augmenter les capacités du corps
  3. Augmenter les capacités cognitives
  4. Intelligence artificielle et conscience.

 

Tout cela est rendu aujourd’hui ou très bientôt possible par des technologies. On a noté que rien de tout cela n’est en soi nouveau : des progrès de la médecine au LSD en passant par le café, l’homme n’a cessé de repousser ses limites. La question est de savoir si cette progression quantitative débouche sur un changement qualitatif, si on passe sur un autre paradigme. A tout le moins on est à la charnière d’une nouvelle étape du progrès humain.

 

Les problèmes que cela pose sont les suivants :

  • Non seulement le corps, mais même la cognition, sont abordés comme des objets soumis à la technologie, technologie qui met en plus tout cela en réseau avec des objets connectés contrôlés par des intelligences artificielles. Ces intelligences artificielles imitent déjà presque parfaitement l’homme dans des situations communicationnelles (chatbots, etc.) et seront demain capables de s’autoprogrammer. On pourra demain greffer une capacité discursive et réflexive comme on greffe aujourd’hui un œil bionique. L’intellect lui-même devient finalement extérieur à l’homme, cependant que la conscience devient insaisissable. D’où la question : qu’est-ce que l’homme en tant que sujet ?
  • La perspective de l’immortalité change la condition humaine, aussi bien du point de vue de l’individu – comment donner un sens à sa vie sans l’échéance de la mort ? – qu’au niveau de la société : à quoi bon faire des enfants, à quoi bon distinguer les genres si l’on est immortel, si l’on peut fabriquer des bébés en laboratoire ?
  • Du point de vue de la Torah, quels changements cela induit-il ? Quels devoirs vis-à-vis des intelligences artificielles ? Quel statut pour les enfants fabriqués en usine ? Quelle valeur pour une connaissance de la Torah acquise par téléchargement cérébral ?

 

L’idée d’un évolutionnisme de l’humanité n’est pas du tout étrangère à la Torah : Adam avant et après la chute, puis Noah, puis Matan Torah… Et les Juifs sont d’ailleurs surreprésentés (comme partout…) dans la réflexion, voire le militantisme transhumaniste comme dans les technologies sous-jacentes. D’où plusieurs pistes de réflexions toraniques :

  • Quelle est la conception de l’évolution de l’humain selon la Torah, et quel rôle la technique y joue-t-elle éventuellement ? sujet annexe : notre destinée est-elle de retrouver l’état d’Adam avant la faute et par quels moyens ?
  • L’humanité peut-elle se concevoir sans la mort ? La Torah a-t-elle un sens sans la mort ? Références sur la longévité des patriarches antédiluviens : Moré 2, 47 ; Ramban sur Béréchit 2, 47 ; Abrabanel sur Béréchit 6, 1-5 ; Flavius Josèphe, Antiquités Juives 1, 3 ; méfarshim de Isaïe 65, 20, au sujet de la longévité dans les temps messianiques. Ainsi que http://www.centre-alef.fr/2012/09/la-techouva/
  • Quelle est la capacité créatrice de l’homme concernant la vie et la conscience ? C’est la fameuse sougya du golem, dont Micho Klein a donné une synthèse ici : http://yechiva.com/index.php/halakha/sujets/317-le-statut-halakhique-du-golem
  • Qu’est-ce que la vie ? Peut-on imaginer des Juifs cybernétiques ? A travailler à partir des sougyot sur le moment de la mort, l’ouvrage de référence étant Defining the Moment. Understanding Brain Death in Halacha, de R. David Shabtai, M.D.
  • Mitsvot, limmoud et états modifiés de conscience : il faudrait retrouver les techouvot concernant les psychotropes.

 

 

 

 

Par ailleurs, sur le plan organisationnel,

  • Il a été décidé que cette journée d’étude serait organisée dans les locaux de la rue Henri-Murger.
  • On a évoqué l’organisation suivante : conférence inaugurale d’un invité de prestige ; plusieurs sessions d’étude simultanées le long de la journée ; débat de clôture avec les enseignants de la yechiva.

 

Quelques pistes de vedettes à solliciter :

  • André Klarsfeld, physicien et neurobiologiste, qui dirige le Master de Bio-ingénierie (en plein dans notre sujet!) à l'ESPCI Paris Tech, et qui a  fondé une association de promotion des débats critiques sur les implications humaines et sociales des avancées de la génétique et des biotechnologies, "Génétique et Liberté", qui le rendrait là encore pertinent ;
  • Jacques Arnould, que sa page Wiki présente comme un philosophe, historien des sciences, ingénieur et théologien français, chargé de mission sur la dimension éthique, sociale et culturelle des activités spatiales  au Centre national d'études spatiales (CNES) ;
  • Et surtout Zak Allal, représentant de l'université de la singularité à Paris, homme de confiance et jeune padawan parisien de Ray Kurzweil.

 

Ajouter un Commentaire


La Yéchiva des Étudiants - 11, rue Henri Murger - 75019 PARIS. Tél: 06 61 42 33 94.