F
20 Tammuz 5779
23 juillet 2019

Retour au sommaire Halakha

Avez-vous déjà vu un légume pousser sur un arbre ? par Mr Akiva Zyzek

Avez-vous déjà vu un légume pousser sur un arbre ? par Mr Akiva Zyzek

 

 

  1. Introduction :

La גמרא dans [1]ברכות  , Berakhot, s’interroge quant à la nature du fruit de l’arbre de la connaissance, עץ הדעת, qu’a mangé Adam Ha-rishone, le Premier Homme. Rabbi Yéhouda est d’avis qu’il s’agirait du blé[2]. Or, nous savons très bien que lorsque nous mangeons du blé tel quel, nous faisons la bénédiction adaptée aux légumes בורא פרי האדמה et non celle adaptée aux fruits בורא פרי העץ. Qu’est-ce qui distingue un fruit d’un légume en ce qui concerne les bénédictions instituées par nos Maîtres ?

  1. Compréhension des Rishonim de cette גמרא , de ce passage du Talmud :

La גמרא donne deux signes qui différencieraient les fruits des légumes :

''דכי שקלת לפיריה איתיה לגווזיה והדר פיריה''

Pour qu’un fruit soit défini comme tel, il faut que lorsqu’on le cueille, l’arbre[3] sur lequel il a poussé subsiste et ne disparaisse pas après la cueillette. De plus, il faut que cet arbre puisse redonner des fruits l’année suivante.

Il y a deux grandes lectures de cette phrase dans les Rishonim.

L’avis des Tossefot qui est rapporté aussi par le Rosh, c’est qu’un arbre qu’on a besoin de replanter chaque année n’est pas considéré comme un arbre. Pour qu’il soit considéré comme tel, il faut qu’il repousse tout seul de sa racine ou alors qu’il tienne bon sans avoir besoin de repousser.

D’après les Teshouvat Haguéonim, quand bien même l’arbre repousserait d’une année à l’autre par ses racines, puisque les pousses ne tiennent pas durant l’hiver et disparaissent, il ne serait pas défini comme étant un arbre mais comme un légume.

  1. Définition des commentateurs provenant d’autres sources que notre גמרא :

 Rabeinou Ména'hemdans Tossefot[4] rapporte un Talmud Yerushalmi indiquant q ue pour manger des אטדין, on fait la  bénédiction de.[5]בורא פרי האדמה  Les [6]אטדין sont des baies qui poussent dans des buissons (comme les mûres, les framboises, les groseilles, les myrtilles etc.).

Le Rosh rapporte une Tossefta qui dit que si les feuilles poussent directement de la racine et pas sur une branche, c’est aussi considéré comme un légume[7].

Il y a encore deux signes mentionnés dans les A'haronim.

Le Ridbaz[8] rapporte qu’un arbre ne donne pas de fruit la première année après qu’il a été planté. En conséquence, un arbre qui donnerait des fruits la première année sera considéré comme donnant des légumes et non des fruits.

Le Baal Halakhot Ketanot rapporte qu’un arbre dont le tronc est creux est aussi considéré comme donnant des légumes.

  1. Conclusion Hilkhatique :

Concrètement, il y a certains fruits courant sur le marché qui sont concernés par notre propos. Les fraises[9], les framboises[10], les mûres, les myrtilles, les groseilles, les bananes[11], les papayes[12], les fruits de la passion[13], nous faisons la bénédiction deבורא פרי האדמה  avant de les manger.



[1] Daf 40a

[2] L’arbre qui était défendu était l’arbre de la connaissance, or, la période où un nourrisson commence à dire ‘’Papa/Maman’’ coïncide avec l’âge où il commence à gouter du blé. (Guemara Bera’hot 40a)

[3] D’après l’avis de רש''י et des תשובת הגאונים il ne s’agit pas de l’arbre qui doit subsister mais même de la branche sur laquelle le fruit a poussé.

[4] Mais רבינו תם ne tenait pas cet enseignement du תלמוד ירושלמי et enseignait de faire la ברכה de בורא פרי העץ sur les baies. On m’a d’ailleurs rapporté que dans certaines communauté Yekké qui suivent de manière générale l’avis de רבינו תם, il faisait justement la ברכה de בורא פרי העץ sur les framboises et autres baies du genre.

[5] Le רב אברהם ארלנגר שליט''א dans son livre le ברכת אברהם explique que la ברכה de בורא פרי העץ est une ברכה particulière et plus importante que celle de בורא פרי האדמה . Or, bien que ces buissons aient toutes les définitions pour être considérés comme des arbres, ce sont des petits arbres qui ne sont pas assez important pour qu’on fasse sur eux la ברכה plus spécifique et plus importante de בורא פרי העץ de par leur petite taille.

[6] Comme on voit dans בראשית נ' פסוק י' : ''ויבאו עד גורן האטד...'' Lorsque les בני ישראל ont enterré leur père יעקב אבינו, les rois de כנען sont venus déposés devant son cercueil leur couronne, ce qui a formé comme une sorte de buisson de ronces (d’après רש''י sur place).

[7] Le ב''ח סימן ר''ג סק''א avait une autre version dans le רא''ש à propos de cette תוספתא. Il écrit que tout ce qui pousse de la racine (le fruit lui-même) sous terre est appelé un légume et tout ce qui pousse hors de la terre est appelé un fruit.

[8] רדב''ז ח''ג תתקס''ו à propos de l’interdit d’ערלה.

[9] A la base, תוספות dit qu’il faut faire la ברכה de בורא פרי העץ sur les fraises mais il y a un autre תוספות qui partage entre deux sortes de fraises. Il y aurait des fraises qui pousseraient sur des arbres et d’autres (ceux que nous avons aujourd’hui) qui poussent sur des mini-arbuste qui seraient considéré comme des אטדין. Concrètement, même si on parlait de fraises qui poussent sur des arbres, on tranche la Hala’ha comme les תשובת הגאונים et ces arbres-là ne tiennent pas à l’hiver.

[10] Le גר''א rapporté par le אמרי נועם conclut que de la מחלוקת des ראשונים, on retient trois conditions pour définir un arbre ; que l’arbre tienne même à l’hiver, que l’arbre ne soit pas un buisson et que les feuilles poussent d’une branche et pas directement de la racine. Or, les framboises, les mûres, les myrtilles et les groseilles sont des אטדין.

[11] Le בית יוסף rapporte que les bananes ne sont pas considérées comme des fruits au même titre que les fraises à cause que le tronc de l’arbre se détruit d’une année à l’autre.

[12] Le ספר וזאת הברכה rapporte que le problème des papayes serait que son arbre produit des fruits dès la première année de sa plantation et que son tronc est creux. C’est donc une combinaison entre leרדב''ז  et הלכות קטנות.

[13] Le fruit de la passion est en réalité une baie et d’ailleurs son arbre ne tient pas.

Ajouter un Commentaire


La Yéchiva des Étudiants - 11, rue Henri Murger - 75019 PARIS. Tél: 06 61 42 33 94.